samedi 29 septembre 2012

Zimmerhof 2012, Bijoux et Modifications corporelles... Vie privée vie publique

Zimmerhof est un événement consacré à la création contemporaine de bijoux qui se déroule depuis 44 ans à Bad-Rappenau dans le Bade-Wurtemberg, en Allemagne. Là, du 7 au 12 juin 2012, s'est tenue la conférence pilotée par l'association française La Garantie, association pour le bijou.
Sous l'impulsion d'Emmanuel Lacoste, Benjamin Lignel et Brune Boyer la thématique de ce Schmucksymposium retenue cette année était consacrée aux vies privées et publiques du Bijou. Le prétexte qui a été fourni aux intervenants et aux créateurs de bijoux invités est disponible ici, sur la Manufacture, forum du bijou contemporain. Le programme de l'événement ici.

Sur la vie des bijoux (vie privée, vie intime, vie publique), la thématique des modifications corporelles – notamment l'usage des piercings et des implants (transdermiques ou sous-cutanés) – était bien évidemment d'actualité. C'est donc sur l'invitation d'Emmanuel Lacoste que j'ai monté la conférence intitulée "On body modifications: social stigmas or mutation of the ordinary?", conférence qui m'a permis de prolonger et d'approfondir les réflexions menée grâce à Monique Manoha à Nîmes dans le cadre de la biennale du bijou contemporain au début des années 2000.


Benjamin Lignel fait un beau compte rendu de l'ensemble de l'événement sur le Art Jewelry Forum. Certes, c'est en anglais mais l'enthousiasme de Ben qui a dynamisé l'événement en tant qu'animateur se retrouve bien là.

Alexandre Bardin et Emmanuel Lacoste
Share, Performance de Manuel Lacoste
Share, Performance de Manuel Lacoste, une des piqueuses




Pascale Gallien sur la collection


samedi 1 septembre 2012

ECRIT1 CAPEPS Education du corps à l'école

Préparation Ecrit 1 du CAPEPS et de l'agrégation d'EPS:

Cécile Ottogalli-Mazzacavallo et Philippe Liotard,
L'Education du corps à l'école. Mouvements, normes et pédagogies. 1881-2011
éditions AFRAPS, 2012

(première édition juillet 2012, épuisée
seconde édition, octobre 2012, troisième édition juin 2013)

pour obtenir l'intitulé du sujet d'Ecrit1 du CAPEPS 2013, cliquez ici


En tant que co-directeur de l'ouvrage, j'ai le plaisir de vous signaler la parution de L'Education du corps à l'école. Mouvements, normes et pédagogies. 1881-2011 aux éditions AFRAPS, sous la co-direction de Cécile Ottogalli-Mazzacavallo et Philippe Liotard.


Dédié à Pierre Arnaud, un des pionniers de l'histoire de l'EPS à l'école, ce livre est le premier totalement structuré à partir du programme officiel d'écrit1 du CAPEPS. Ainsi destiné à la préparation de la première épreuve écrite des concours de recrutement des enseignant-e-s d'EPS, il est composé de 18 articles produits par des membres du Centre de Recherche et d'Innovation sur le Sport (CRIS) de l'Université Claude Bernard, Lyon1, d'une introduction générale et d'une bibliographie de plus de 1000 références.
Ce livre de préparation à l'écrit 1 du CAPEPS propose donc des contributions originales pour traiter les 4 thématiques au programme officiel du CAPEPS. En termes de précision des sources et de rigueur du propos, il se situe dans la lignée des précédents manuels de préparation au CAPEPS de l'AFRAPS (voir l'avant-propos ci-dessous). Il peut tout aussi bien convenir à la préparation à l'agrégation d'EPS (interne et externe) en raison du caractère inédit des nombreux articles.
D'une certaine manière, tout ce qu'il faut savoir pour réaliser un devoir de bon niveau se trouve dans ce livre. Article après article les références de bases comme les données incontournables sont discutées et présentées selon des problématiques diverses, ce qui permet la maîtrise de ces références plutôt que leur mémorisation.
La préparation à l'écrit1 du CAPEPS trouve ainsi un livre original dont les nombreuses sources contribuent à renforcer la compréhension de l'histoire de l'EPS, tout en la situant dans l'histoire des pratiques culturelles, depuis les gymnastiques, jusqu'aux activités physiques, sportives et artistiques.

Il est en vente auprès de l'AFRAPS, il peut aussi être commandé dans toute bonne librairie.

SOMMAIRE

Introduction Philippe LIOTARD et Cécile OTTOGALLI-MAZZACAVALLO: Les permanences et les changements de l’éducation physique dans le système éducatif français.

PARTIE 1 : LES ENSEIGNANTS ET LES ELEVES EN EDUCATION PHYSIQUE
• Tony FROISSART : La relation enseignant/élèves en EPS : processus éducatif subi ou
agi ? Fin XIXème siècle à nos jours.

• Elisabeth LE-GERMAIN : La formation des enseignants d’EPS depuis la fin du XIXème
siècle : entre logique économique et universitarisation des savoirs.

• Loïc SZERDAHELYI : Les enseignant-e-s d’éducation physique, éléments pour une
histoire sociale et sexuée depuis la fin du XIXème siècle.

• Doriane GOMET : Les pratiques des enseignants d’éducation physique (1920-1980). Une
facette peu connue de l’histoire de l’EPS.

PARTIE 2 : EDUCATION DES CORPS ET FORMATION DU CITOYEN EN EDUCATION PHYSIQUE

• Cécile OTTOGALLI-MAZZACAVALLO et Philippe LIOTARD : L’apprentissage du genre en
éducation physique. Devenir homme ou femme par l’exercice.

• Pascal CHARROIN : Citoyenneté et démocratie en éducation physique de 1880 à nos
jours.

• Pierre-Olaf SCHUT : Les finalités de l’éducation physique : l’expression du pouvoir
politique pour former le citoyen de demain. Analyse de trois textes officiels : 1891, 1938 et 1967.

PARTIE 3 : VALEUR PHYSIQUE, SANTE ET PERFORMANCE EN EDUCATION PHYSIQUE

• Francis CHARPIER : L’éducation physique contre la dégénérescence de la race (1869-
1919)

• Philippe LIOTARD : Faiblesses, fragilités et valeur du corps dans l’éducation physique
française de la première moitié du XXème siècle.

• Laurent GRÜN : Méthodes, fonctions et enjeux de l’évaluation en éducation physique
de 1880 à nos jours.

PARTIE 4 : PLACE ET STATUT DES ACTIVITES PHYSIQUES EN EDUCATION PHYSIQUE
• Philippe LIOTARD : Propos épistémologiques sur l’éducation physique : un débat, des
vérités.

• Anne ROGER et Pierre BAVAZANNO : Des activités athlétiques à l’école entre santé et
performance.

• Haimo GROENEN et Cécile OTTOGALLI-MAZZACAVALLO : Les activités de combat à
l’école depuis la fin du XIXème siècle : l’affrontement corporel entre pertinences éducatives et résistances scolaires.

• Tony FROISSART : Les gymnastiques au carrefour de l’éducation des corps et d’une éducation citoyenne : épistémologie d’une discipline scolaire de 1869 à nos jours.

• Emmanuel AUVRAY : Apprendre en EP à nager pour se sauver : une finalité minimale
et permanente entre natation disciplinaire et natation loisir 1880-2010.

• Laurent GRÜN : L’enseignement scolaire du football : un développement contrarié. 1890 à nos jours.

• Elisabeth LE-GERMAIN : La danse en EPS depuis la fin du XIXème siècle : entre école et culture.

• Doriane GOMET : Badminton et tennis, deux sports de raquette aux trajectoires singulières en EPS (1870- 2000) 


AVANT-PROPOS (extrait)
"Toutes les contributions de cet ouvrage sont produites par des chercheurs ou des chercheuses qui sont ou ont été institutionnellement rattaché-e-s au Laboratoire d’Histoire et de Socio-anthropologie du Sport (LH2S) du Centre de Recherche et d’Innovation sur le Sport (CRIS) de l’Université Lyon1, comme doctorant-e, docteur, chercheur ou chercheuse titulaire ou associé-e. Il s’inscrit dans une dynamique de quatre projets éditoriaux visant à rendre compte des analyses socio-historiques du L.H.2.S. (celui-ci sur l’éducation physique, les autres sur le football, l’entraînement et le corps). Il offre ainsi l’occasion d’une prise de parole par des chercheur-se-s sur un objet commun (l’éducation
physique scolaire) à partir des compétences acquises dans le métier d’enseignant et/ou de
chercheur.
La structuration du présent ouvrage est dictée par les quatre items du programme officiel du CAPEPS. Il se destine prioritairement aux étudiant-e-s ainsi qu’aux formateurs et formatrices engagé-e-s dans la préparation aux concours de recrutement de l’enseignement de l’éducation physique (CAPEPS et agrégation). Les textes sont parfois le résultat d’une synthèse de travaux existants, parfois ils constituent des apports totalement novateurs dans l’historiographie de l’éducation physique.
Au carrefour des exigences de la formation (sur le plan de la structuration des articles et de leur mise en forme) et de la recherche (sur le plan de la rigueur de la démonstration, du travail sur les sources historiques et de la nouveauté des apports), nous avons fait le choix de limiter au maximum les notes de bas de page en renvoyant chaque référence à une bibliographie générale située en fin d’ouvrage. Celle-ci, patiemment organisée et structurée par Raphaël Verchère (docteur en philosophie et ATER au CRIS en 2011-2012 et 2012-2013) est composée de plus de 1000 références et offre une vision de la production du champ, en histoire de l'EP, en histoire de l'éducation et en histoire du sport.
La bibliographie est présentée en trois temps. D’abord, elle distingue les sources constituées par les archives dites de première main. Ce sont celles à partir desquelles sont produits les travaux historiques de cet ouvrage et des travaux en histoire de l’éducation physique scolaire et du sport. La bibliographie proprement dite renvoie ainsi à la fois aux ouvrages de contextualisation hors du champ propre au sport et à l’éducation physique, et aux ouvrages postérieurs à 1980, c’est-à-dire aux ouvrages produits au moment où la recherche s’instituait en STAPS et où des chercheur-se-s d’autres disciplines
commençaient à faire du sport ou de l’EP un objet d’étude.
Au final, les dix-huit articles précédés d’une introduction générale et suivie d’une conséquente bibliographie garantissent un souci d’originalité et de rigueur dans la compréhension des mutations de l’éducation physique à l’école. Les éléments apportés dépassent largement les intitulés du concours. Ils sont des jalons d’une histoire qui s’inscrit dans une tradition défendue par l’AFRAPS, depuis le premier manuel de préparation à l’écrit 1 du CAPEPS en 19891. Cette tradition a également été impulsée par l’un des fondateurs du CRIS, Pierre Arnaud, sans qui ce que nous proposons aujourd’hui n’aurait pas été possible. En effet, non seulement a-t-il institué l’histoire de l’éducation physique comme objet de recherche légitime, mais encore il a dirigé la thèse des trois directeurs qui
lui ont succédé à la tête du laboratoire d’histoire du CRIS, Thierry Terret, actuel directeur du CRIS et vice-président du CAPEPS (qui, de fait s’est interdit toute participation à ce manuel), Jean Saint-Martin, directeur du laboratoire d’histoire du CRIS de 2007 à 2010, et Philippe Liotard, actuellement directeur d’une équipe qui, pour une large part, apporte ses contributions au présent manuel.
Le laboratoire d’histoire du CRIS s’inscrit également dans une tradition liée à l’histoire des pratiques sportives. Du football au rugby en passant par la natation, le judo ou l’athlétisme et les sports de montagne, de nombreuses thèses novatrices ont été soutenues. Pour une bonne part d’entre elles, elles ont été produites par des enseignant-e-s agrégé-e-s d’EPS qui possèdent donc une double culture, professionnelle et universitaire. Cette tradition et ce double parcours (concours et thèse) donnent une connotation originale à la quatrième partie de l’ouvrage consacrée à une réflexion épistémologique sur la place et le statut des activités physiques en EPS.
Une autre tradition du CRIS se lit dans la sensibilité de ce manuel à s’inspirer des théories du genre. Effectivement, rappelons que dans le champ de l’histoire, Pierre Arnaud (éclairé sans doute par les travaux novateurs de Françoise Labridy et Catherine Louveau en sociologie) fût l’un des premiers à investir ce sujet lorsqu’en 1987 dans Les Athlètes de la République il analyse les sociabilités masculines du monde sportif et qu’il invite Jacques Thibault à écrire un premier article sur « Les origines du sport féminin » et Françoise Labridy sur les « Imaginaires féminins et (les) pratiques sportives »2. Sous sa direction, les jeunes Thierry Terret et Philippe Liotard, alors en thèse, questionnent pour l’un la place des femmes dans les activités de natation (Terret, 1992) et pour l’autre l’influence des représentations du corps des femmes dans les conceptions de l’éducation physique féminine (Liotard, 1995). S’ensuivront l’organisation de deux colloques, la publication de deux séries d’ouvrages (Arnaud et Terret, 1996 deux tomes ; Terret et al., 2005 quatre tomes), l’encadrement de plusieurs thèses exclusivement consacrées à la question des rapports sociaux de sexe dans les pratiques physiques et sportives4 et l’obtention d’un financement par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) en 2009 pour une recherche en partenariat avec l’Université de Rennes 2 sur Pratiques Sportives, Genre et Vulnérabilités. Certains des articles du manuel s’inscrivent dans cet héritage..." (à suivre)