S'aimer tatouée. Femmes, tatouages, cancer, photos, témoignages,etc



Couv-1501448842
S'aimer tatouée, c'est l'histoire de rencontres autour du tatouage.
Et c'est un livre, un beau et gros livre pour lequel une participation collective vient d'être lancée, une forme d'anticipation sur l'achat, une manière de rendre certain le fait que le livre va exister.
L'appel à souscription, c'est ici.

Les rencontres, ce sont d'abord celles qui ont eu lieu entre Nathalie Kaïd, la photographe et des dizaines de femmes tatouées, un peu, beaucoup, trop, peu importe, des femmes qui ont choisi d'imprimer dans leur chair des motifs comme autant de traces de vie.

Ce que raconte S'aimer tatouée, c'est ce que fait le tatouage à la perception que l'on a de soi.
C'est la manière dont l'encre dans la peau transforme le corps profondément au point de changer le regard que l'on porte sur soi, même si le tatouage demeure secret.
Pour chaque personne ayant accepté d'exhiber son corps, Nathalie Kaïd a capté des bribes d'histoire, des témoignages que chacune a rapporté sur cet ancrage de soi par l'encre, des moments marquants ou anodins qui se sont transformés en inscriptions, dessins, ombres, couleurs, lignes, symboles...
Et dans ces témoignages, explose la manière dont on parvient à s'aimer tatouée.

Ceci explose surtout chez les femmes qui ont souffert d'un cancer et dont le corps a été doublement altéré – par la maladie puis par les thérapies et la chirurgie – avant d'être orné d'un tatouage.

Ça n'est pas le propos de S'aimer tatouée mais le livre rassemble photos et témoignages de nombreuses femmes ainsi blessées.




C'est d'ailleurs une des belles rencontres que j'ai vécues, lors de la soirée d'octobre rose organisée en octobre 2016 à Bordeaux.

C'est là que j'ai proposé ce qui allait devenir le titre du livre "S'aimer tatouée" tant cela ressortait de chaque poignant témoignage.
Chacune avec ses mots, son histoire, revenait à la même conclusion: après le cancer, après la violence faite au corps meurtri, le tatouage permettait de se regarder à nouveau dans le miroir, remplaçait les larmes par le sourire.


Et je suis  honoré que Nathalie Kaïd ait retenu la formule pour en faire le titre du livre tant elle résume ce que font les tatouages à celles qui les portent..

En contribuant à l'appel à souscription, on rend possible l'existence d'un tel ouvrage, dont les modèles sont des femmes anonymes qui ont fait preuve d'une confiance immense en exposant leur corps à l'objectif de Nathalie Kaïd.
D'ailleurs, il suffit d'aller voir sur le site pour en savoir plus sur le livre et où tout est raconté.
C'est ici
Nathalie Kaïd
Photographe, tatouée... et photographiée

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Johnny est mort, son corps devient patrimoine de la masculinité

ethique de la soumission: il faut sauver Tony Chapron

Body Suspensions : Le corps éprouvé

Faire un cours l’air de rien au lendemain du 13 novembre 2015

ECRIT1 CAPEPS Education du corps à l'école

Une semaine de maître de conférences

Video / Sport for all: the example of Rohan Murphy

Le corps contrarié: Annabel de Kathleen Winter